Même si la perte des dents augmente avec l’âge, la cause principale n’est pas attribuable à l’âge. Les maladies parodontales et les caries de racines en sont les principales responsables. Heureusement, grâce à l’amélioration de l’hygiène bucco-dentaire et aux visites régulières, les aînés ont maintenant la possibilité de conserver leurs dents naturelles en santé toute leur vie.

Alimentation

Comme à tout âge, il est approprié pour les aînés de consommer suffisamment de produits laitiers et de chacun des groupes d’aliments.

+d’infos : www.sge-ssn.ch

Hygiène bucco-dentaire

Il importe de maintenir une bonne hygiène bucco-dentaire quotidienne par le brossage à l’aide d’une brosse aux poils souples et d’un dentifrice au fluorure. Lorsque la motricité est réduite, la brosse à dents peut être adaptée afin d’assurer une meilleure prise et l’utilisation d’une brosse à dents électrique peut parfois aider.

Aucune brosse ne peut atteindre les contacts entre les dents et l’espace entre la gencive et la dent. La carie et les maladies de gencives pouvant s’y développer, seule le fil dentaire peut compléter le nettoyage de ces surfaces. Le marché offre une grande variété de porte-fil qui simplifie cette tâche. Les crevasses de la langue renferment des cellules mortes, du biofilm (plaque dentaire) et des débris d’aliments qui ne peuvent être éliminés qu’à l’aide d’une brosse à dents ou d’un gratte-langue.

Visite chez l’hygiéniste dentaire

Les visites tous les six ou douze mois, chez l’hygiéniste dentaire, permettent de dépister les caries débutantes, les maladies de gencives et  les autres affections bucco-dentaires (obturations défectueuses, lésions buccales, etc.). Il vous importe de mentionner tous vos problèmes de santé, les médicaments consommés, les maladies diagnostiquées, les symptômes, etc. Les conseils, les méthodes préventives, les traitements proposés et la fréquence des visites seront ainsi personnalisés en fonction de chacun.

Maladies parodontales (gencives et os de support de la dent)

À la phase débutante, les maladies de gencives sont souvent indolores et peu détectables par vous-mêmes. Le dépistage et la prise en charge précoces permettent d’éviter la progression de l’inflammation des gencives (gingivite) vers le support de la dent (parodontite). La baisse d’oestrogènes de la post-ménopause occasionne une perte de densité osseuse pouvant accentuer la prédisposition à la parodontite. La parodontite non traitée entraîne la résorption osseuse et peut s’aggraver jusqu’à la perte des dents. Le contrôle des maladies parodontales préserve la dentition et contribue aussi à prévenir la progression ou les complications d’autres maladies (ex. : diabète).

De nombreuses études révèlent que les micro-organismes présents lors d’une maladie parodontale, peuvent migrer dans la circulation sanguine et être impliqués dans les maladies cardiaques, accidents cérébrovasculaires et affections pulmonaires.

Hypersensibilité dentaire

Les récessions gingivales et l’usure des dents (par attrition, abrasion ou érosion) provoquent l’exposition des surfaces de la dent dont les terminaisons nerveuses sont moins isolées (cément et dentine). Ceci occasionne souvent l’hypersensibilité des dents au chaud, au froid, au sucré, à l’acidité des agrumes, au brossage, à la pression et au toucher. L’hygiéniste dentaire peut vous aider à cerner la cause et vous conseiller d’excellentes solutions.

Prothèses amovibles

Les prothèses amovibles (partielles ou complètes) doivent être brossées après chaque repas à l’aide d’une brosse douce. Il est conseillé de les enlever au moins quatre heures par jour, de masser les gencives avec une brosse à dents douce et de nettoyer la langue. Une mauvaise hygiène et la présence de champignons microscopiques, de type Candida albicans par exemple, peuvent causer l’inflammation des tissus sous la prothèse (stomatite prothétique). Le port continu de la prothèse aggrave ce type d’inflammation.

Plusieurs facteurs peuvent modifier la rétention en bouche des prothèses (sécheresse buccale, ostéoporose de l’os de la mâchoire, perte de poids, etc.). Une mauvaise rétention entraîne la résorption prématurée de l’os et la difficulté à mastiquer peut occasionner des troubles de digestion. La visite annuelle en cabinet est souhaitable afin, entre autres, de vérifier et corriger l’ajustement des prothèses. Les produits adhésifs vendus sans ordonnance en pharmacie ne sont qu’une solution temporaire.

Lors d’un séjour prolongé en établissement, il peut être indiqué de faire graver sur les prothèses les nom et prénom du porteur.

Halitose (mauvaise haleine)

L’halitose peut être occasionnelle ou chronique, c’est-à-dire qu’elle persiste malgré une bonne hygiène bucco-dentaire. Les changements hormonaux, les problèmes médicaux ou les médicaments peuvent modifier l’haleine. Toutefois, les causes les plus fréquentes proviennent de la cavité buccale : hygiène pauvre, problèmes dentaires (ex. : carie dentaire, abcès, maladies de gencives, etc.), sécheresse buccale, certains aliments, alcool, tabac, etc. Une bonne hygiène buccale quotidienne, de saines habitudes de vie et les nettoyages et soins professionnels en cabinet éliminent une grande partie des causes de l’halitose.

Xérostomie (sécheresse buccale)

Possédant un pouvoir antibactérien et antifongique, la salive assure aussi la régulation du pH buccal. La diminution de la salive crée donc un inconfort et prive d’une précieuse protection naturelle contre les affections buccodentaires. Dans certains cas, l’utilisation de substitut salivaire ou de fluorure peut être bénéfique. La xérostomie est attribuable à divers facteurs : conditions médicales, médication, modifications hormonales, radiothérapie, etc.

Tabagisme

Vous faites peut-être partie du 75% des fumeurs qui souhaitent cesser cette habitude mais qui a besoin d’aide. Comme tous les professionnels de la santé, l’hygiéniste dentaire dispose d’information à ce sujet (documentation, centres d’aide, etc.). Et, comme les tous premiers signes des effets néfastes du tabac se manifestent au niveau de la bouche, le fumeur sera informé de son état bucco-dentaire, de visite en visite.

+ d’infos : www.stop-tabac.ch

Cancer buccal

La prédisposition au cancer buccal est plus marquée à partir de 45 ans et les principaux facteurs de risques sont le tabagisme, l’alcool, le soleil, une alimentation pauvre, l’hérédité, etc. Les cancers de la bouche et de la gorge ont la particularité d’évoluer rapidement et d’être fatals s’ils ne sont pas dépistés tôt. Vérifiez régulièrement l’intérieur de votre bouche et consultez vos professionnels chaque année.